Fermer

Attention, l'enregistrement sur le site est exclusivement réservé aux adhérents. Prenez garde, en remplissant le formulaire, de bien indiquer votre nom en clair (même si vous choisissez un pseudonyme pour vous loguer). Toute demande ne nous permettant pas d'identifier un adhérent par son nom et son prénom exacts sera rejetée. Merci aux parents de bien vouloir préciser "père ou mère de X" en commentaire. Pour les nouveaux adhérents, il peut y avoir un petit délai avant que nous ouvrions votre compte, le temps que votre adhésion soit elle-même enregistrée dans nos fichiers. Merci de votre compréhension.

NOTE AUX ADHÉRENTS | Si vous avez des problèmes pour vous connecter avec vos anciens paramètres merci de ne pas hésitez à recréer un nouveau compte en ligne.

LES SALLES ET LES HORAIRES

SALLE ARMAND-MASSARD
66, BOULEVARD DU MONTPARNASSE 75014 PARIS

Séances enfants et adolescents

  • Mardi : 17h30, 18h45
  • Jeudi : 17h30, 18h45

Séances adultes débutants

  • Mardi : 19h 
  • Jeudi : 19h 
  • Samedi : 10h30

Séances adultes (entraînement) 

  • Mardi de 19h à 21h30 
  • Jeudi de 19h à 21h30 
  • Samedi de 10h à 12h30

SALLE NEY
101, BOULEVARD NEY
75018 PARIS

Lundi

  • 17h15-18h30  NOUVEAU : escrime artistique, à deux mains (à partir de 9 ans)
  • 18h30-20h30  minimes2, cadets, juniors (fleuret électrique)

Mardi

  • 17h-18h15 moins de 8 ans
  • 18h15-19h30 pupilles, benjamins, minimes débutants et confirmés

Mercredi

  • 10h-12h  M9 et M11 confirmés
  • 13h-14h30 moins de 8 ans débutants et confirmés
  • 14h30-15h45 M9, M11 débutants et confirmés
  • 16h-17h15 M14 débutants et confirmés
  • 17h50-18h45 adolescents loisir
  • 18h45-20h45 adultes loisir, M17, M20

Vendredi

  • 18h30-20h30 adultes loisir, M17, M20

Samedi

  • 13h30-14h30 baby escrime, moins de 8 ans
  • 14h30-15h45 M9, M11, M14 débutants et confirmés
  • 16h-17h30 M17, M20 débutants et confirmés

La répartition en groupes de niveaux se fait en début de saison.
Consultez les Maîtres pour savoir dans quel groupe vous pouvez venir.

M5
M7 (moustique),
M9 (poussin),
M11 (pupille),
M14 (benjamin 1, benjamin 2 et minime1),
M17 (minime 2, cadet 1 et cadet 2),
M20 (junior), senior et vétérans.

QUI SOMMES-NOUS ?

Le club des Duellistes est une association Loi de 1901 qui a pour but de promouvoir l’escrime.

Ce cercle d'escrime se caractérise par une pédagogie originale instituée et développée par Maître Sandoval, notamment tournée vers les adultes débutants.

L'escrime de loisir se marie parfaitement bien avec l'escrime de compétition, créneau où nous nous mesurons avec les meilleurs de France. Notre cercle d'escrime a établi des partenariats avec la Ville de Paris, l'Association sportive d'Aéroports de Paris (ASADP), l'Amicale sportive Air France (ASAF), le ministère des Finances et Championnet sports.

QUI EST ARMAND MASSARD ?

Armand Massard (né le 1er décembre 1894 au 158, boulevard du Montparnasse dans le XIVe arrondissement, et décédé le 9 avril 1971) était un escrimeur puis dirigeant sportif français.

Il fut le premier escrimeur nommé « Gloire du sport français » en 1992.Champion de France à l'épée en 1914, Armand Massard est gravement blessé lors le Première Guerre mondiale. Il se remet de ses blessures et devient champion olympique à l'épée en 1920 aux Jeux d'Anvers et gagne également l'argent par équipe la même année, puis le bronze par équipe en 1928, aux Jeux d'Amsterdam. Sabreur occasionnel, il décroche une médaille d'argent par équipe en 1920.

Après sa carrière d'escrimeur, il devient dirigeant : président de la Fédération française d'escrime, président du Comité olympique français de 1933 à 1967 et vice-président du Comité international olympique. Palmarès : Gagnant du Championnat international, Grande semaine de Paris, 1910. Gagnant du Championnat international d’Uriage, 1910. Gagnant du Grand tournoi international mixte (professeurs et amateurs) de Nice, 1911.

Gagnant du Critérium des champions (Grande semaine de Paris), 1914. Vainqueur de nombreux matches et tournois (Paris et province). Équipier international.Champion du monde d’épée aux jeux Olympiques d’Anvers, 1920. Président et fondateur de la Fédération parisienne d’escrimeurs. Vice-président de l’École d’escrime pratique*.

* À l’École d’escrime pratique, Armand Massard a été l'élève des Maîtres Ambroise et Louis Baudry, les arrière-grand-père et grand-père de Jean-Louis Pigeon-Baudry, ancien président de l'association.

QUI EST MICHEL NEY ?

Michel Ney, le « Brave des Braves »

Michel Ney, héros de la bataille de Borodino et de la traversée de la Bérézina, est le fils d'un tonnelier de Sarrelouis, une cité fondée par Louis XIV et fortifiée par Vauban.

Soldat courageux

Engagé volontaire dans les hussards en 1788, il gagne le surnom de « Brave des Braves » et devient général en 1796. Il s'illustre à Hohenlinden sous les ordres de Moreau avant de devenir maréchal en 1804.Il est fait duc d'Elchingen après la campagne d'Allemagne (1805) et prince de la Moskowa après celle de Russie (1812) où son courage et sa détermination ont fait merveille.Fort de ses états de service pendant la campagne de France, il s'enhardit à proposer l'abdication à Napoléon réfugié au château de Fontainebleau (18-20 avril 1814).

Après le débarquement de Golfe-Juan, il promet à Louis XVIII, qui l'avait nommé pair de France, de « ramener l'usurpateur dans une cage de fer ». Mais il se laisse emporter par l'émotion à Auxerre le 18 mars 1815, et tombe dans les bras de l'empereur. À ses excuses, Napoléon répond : « Vous n'avez pas besoin d'excuses. Votre excuse, comme la mienne, est dans les événements, qui ont été plus forts que les hommes. »

À Waterloo, il fait de son mieux pour sauver la journée. Voyant que la bataille est perdue, il se jette dans la mêlée. Cinq chevaux sont tués sous lui mais, malgré cela, il ne parvient pas à trouver la mort.

Condamné mais absous

Proscrit lors du retour de Louis XVIII, il tente de se cacher mais il est découvert près d'Aurillac, au grand embarras du roi qui voudrait lui épargner un jugement. Il est traduit devant une cour martiale mais demande à être jugé par les Pairs.

Il comparaît alors devant la Chambre des Pairs qui le condamne à mort pour trahison. Devant le peloton d'exécution, près de l'Observatoire de Paris, le 7 décembre 1815, il a même le cran de commander : « Soldats, droit au cœur ! » Une statue a été élevée par Rude sur le lieu de son exécution.

Armand Massard - Photos dédicacé